16/05/2008

Je reviens te chercher, par Guillaume Musso


Je reviens te chercher-300px

Synopsis de l'éditeur :

Dépêchez-vous de vivre, dépêchez-vous d’aimer. Nous croyons toujours avoir le temps, mais ce n’est pas vrai. Un jour nous prenons conscience que nous avons franchi le point de non-retour, ce moment où l’on ne peut plus revenir en arrière. Ce moment où l’on se rend compte qu’on a laissé passer sa chance… »

Ethan, Céline, Jessie.
Un homme, une femme, une enfant.
Trois personnages au bord du gouffre.
Qui vont se croiser, se détruire et s’aimer.

Ont-ils déjà franchi le point de non-retour ? Il leur reste 24 heures pour tout changer.
Mais l’amour peut-il vaincre la mort ? Un mystère intense un amour en danger un dénouement stupéfiant.


Mon avis :

Mon impression est un peu la même que pour le précédent, Parce que je t'aime. A la limite, je regrette de m'être encore laissé allécher et ce, parce que je n'ai pas trouvé d'avis qui me tire suffisamment la sonnette d'alarme. Dire qu'on n'a pas aimé, oui, mais alors il faut expliquer pourquoi.

D'abord, je suis parti avec un préjugé car le roman précédent de Guillaume Musso m'avait déçu. Et je dois dire que l'utilisation du 'vous' pour démarrer ne me plaisait guère. J'avais l'impression que l'auteur me parlait au lieu de me raconter une histoire.

Ensuite, il y a cette manie agaçante d'écrire de petites phrases qui se suivent à la ligne.

Un peu comme ceci
Avec un effet syncopé.
Sans doute pour précipiter l'histoire.
Mais l'écriture y perd en style.
Et boum !
On risque de décrocher.

Une fois de temps en temps, cela peut créer un effet ; mais si la figure revient fréquemment, elle confine au TOC. D'autres personnes diront peut-être que c'est la 'signature' de l'auteur.

Le roman comprend aussi des illustrations de cartes à jouer, d'une lettre, etc. J'ai acheté un roman et pas une BD, donc je m'en serais bien passé.

Les anglicismes, sans doute pour faire couleur locale, je m'en serais aussi passé. Pourquoi dire 'french fries' alors que nous avons le mot 'frites', une fois ?

Ceci dit, je dois avouer qu'on entre directement dans le vif du sujet et que si la trame n'est pas très originale - j'ai vu dans de nombreux sites, avant d'acheter le livre, qu'un homme allait revivre plusieurs fois la même journée - elle est présentée de façon intéressante car le principal personnage va découvrir à chaque fois une autre facette de cette journée. Nous allons voir l'évolution des événements sous divers angles. Mais une fois encore, ce sujet a été vu, revu et rerevu. N'est-ce pas, d'ailleurs, la base d'un autre de ses bouquins (Seras-tu là ?) ? Peu de renouvellement, donc.

L'écriture n'est pas - et c'est mon avis personnel - d'un style flamboyant et cela concourt peut-être justement à rendre le livre captivant. Oui, malgré ce que je viens de dire, je me réjouissais de connaître la fin, je tournais page après page (le livre se lit très vite). Mais justement, alors qu'on est bien captivé, vient le dénouement. Et une fois encore, comme dans Parce que je t'aime, je me retrouve déçu par une 'trouvaille' que j'ai estimée totalement invraisemblable et qui m'a gâché tout le reste du bouquin. Vous imaginez ? Une femme superbe vous fait un strip-tease d'enfer et au moment où elle dégraphe son soutien-gorge : boum ! deux 'gants de toilette' tombent comme une cravate qui se déroule. Je ne peux rien vous dévoiler sans spolier le suspense, mais ce fameux coup de théâtre,  ce 'dénouement stupéfiant' dont parle l'éditeur, il m'a laissé un peu bouche bée. De la stupéfaction, oui, mais pas dans le bon sens. Elle serait un peu sous-titrée 'Et meeeeeeeerdeuh !'.

Comme pour Parce que je t'aime, l'épilogue me semble un peu relever la sauce, mais celle-ci garde quand même un goût assez amer, du genre 'J'ai payé 20 euros pour ça ?!!'. C'est dit : le prochain GM, j'attends qu'il sorte en Poche ou je ne le lis pas. Maintenant, à vous de décider. D'autres personnes m'ont dit qu'il était fabuleux, génial, etc. Personnellement, son principal aspect agréable réside dans la douche froide qu'il m'a occasionnée par ces temps de grande chaleur.

En conclusion, je dirais que Je reviens te chercher est un roman écrit très simplement, à la trame peu originale et maintes fois visitée, mais présentée de façon intéressante. Elle est toutefois gâchée par un dénouement totalement invraisemblable même si le noyau de l'histoire est assez prenant. Comme Bernard Werber, il accommode les restes avec sa recette habituelle mais le plat commence à devenir écoeurant.

(Précisons à nouveau que je donne mon avis personnel sur un livre que j'ai acheté en fonction de certaines attentes. Je formule des propos sincères qui concernent uniquement ce roman et non l'oeuvre de l'auteur ni sa personne. Guillaume Musso m'a fait rêver avec d'autres romans).

Ma cote
: 7/10

15:35 Écrit par Marco dans Moyen | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Je suis d'accord! Finalement, il faut être très fan de Guillaume Musso pour se jeter sur ses nouveaux livres dès leur parution! Si on ne me l'avait pas envoyé, j'aurai attendu le poche aussi!

Écrit par : Francesca | 20/05/2008

ooooh tiens on peut remettre des commentaires ? ben moi j'ai vraiment aimé, mais bon, y'a peut-être un phénomène de lassitude... enfin je commence bientôt "j'aurais préféré vivre", enfin trouvé en poche

Écrit par : Anaïs | 20/05/2008

Oui, on peut remettre des commentaires J'essaie d'en user raisonnablement :)

Écrit par : Marco | 21/05/2008

J'ai lu "Et après" et passé un bon moment à le lire mais malheureusement pas assez pour me donner envie de lire ses autres livres.

Au passage, très fort les photos de karatéka. Je suis impressionnée. Je serais bien incapable de le faire.

Écrit par : La liseuse | 21/05/2008

Bonsoir .. J'ai vu votre avis sur le livre " Skidamarink " de Guillaume Musso et étant à la recherche de celui-ci , j'aimerai savoir si vous le vendriez ?
Cordialement

Écrit par : Justine | 26/04/2011

Bonjour,

Merci pour votre message mais je l'ai hélas vendu depuis longtemps. Cela dit, ne vous tourmentez pas : je vous assure qu'il n'en vaut pas la peine. C'est juste un livre rare dont seule la revente peut être intéressante...

Écrit par : Marco | 27/04/2011

Les commentaires sont fermés.