20/06/2008

L'ange du mal, par Gilles Caillot


angedumal-300px


Synopsis de l'éditeur
:

« Une série de meurtres, plus atroces les uns que les autres, sont perpétrés dans la capitale Rhodanienne. La police est sur les dents et Massimo Zanetti, capitaine de police à la Criminelle, est investi de l’enquête qui s’avère d’ores et déjà extrêmement compliquée, remplie d’énigmes et d’étranges indices laissés par le tueur sur les corps décomposés et mutilés.
Satanisme, magie noire, tortures sexuelles et mentales… La traque du psychopathe l’emmènera jusqu’aux portes de la folie.
Accompagnée de Julie Martin, la responsable de l’institut médico-légal de Lyon, dont il est toujours amoureux et de toute son équipe d’investigation, le capitaine Zanetti va mener la chasse dans la ville entière et nous emmener jusqu’au plus profond d’un des lieux les plus mystérieux de la cité Lyonnaise : Les catacombes. »


Mon avis :

Houlalaaa ! J’ai rarement lu un roman aussi dur et violent ! Dès le départ, l’auteur ne nous épargne rien : viols, tortures en tous genres, mutilations,... bref de l’horreur comparable aux plus sombres romans de M. Chattam, F. Thilliez ou JC Grangé. Je dirais même qu’il va un cran plus loin que Cody McFadyen dans Shadowman (voir ici pour ma chronique), ce qui n’est pas peu dire !

Je commençais à m’ennuyer en lisant Shantaram (qui est somptueux mais manque un peu d’action au début), et je ressentais un besoin d'adrénaline quand j’ai enfin reçu L’ange du mal. Il m’a directement plongé dans son univers effrayant et je me suis mis à le lire à chaque moment libre. Je voulais absolument savoir si on allait enfin attraper le tueur. Cela faisait un petit temps que je n'avais plus sauté quelques chapitres dans un livre - afin de connaître la suite d'un événement - pour ensuite revenir en arrière et reprendre le cours de ma lecture.

Attention : certaines scènes sont vraiment dérangeantes. Elles sont dignes de films comme Hostel et l’auteur semble avoir fait des recherches très poussées en la matière. Je dirais donc : sachez ce que vous allez lire ! Il m’est arrivé de garder une ‘image’ en tête pendant des heures. Mais si vous aimez les polars durs de durs, foncez, vous ne serez pas déçu.

Il est vrai qu’il s’agit là d’un premier roman et qu’il n’est pas exempt de ‘défauts de jeunesse’. Ainsi, j’y ai relevé quelques ‘coquilles’ que j’ai d’ailleurs signalées à l’auteur car je trouvais que son roman en valait vraiment la peine. J’ai été ravi qu’il prenne mes remarques positivement.

Le dénouement est surprenant et aurait sans doute pu être mieux préparé mais il augure parfaitement de ce qui risque de nous attendre dans les prochains opus, quand l'auteur aura pris de la 'bouteille' et maîtrisera encore mieux son art. Réminiscence (la suite) sort en septembre et je compte bien me le procurer !!! S'il est du même calibre, je me régale d'avance car Gilles Caillot semble pris d'une frénésie d'écriture et prépare déjà son quatrième roman.

Attention : ce livre est publié par Les Editions du polar et je l’avais initialement commandé chez mon libraire mais j’ai dû annuler car l’attente était beaucoup trop longue. Je l’ai finalement commandé via l’éditeur pour le recevoir quelques jours plus tard.

Notez bien le nom de Gilles Caillot car s’il poursuit sur cette voie, il pourrait bien rejoindre les autres Grands du polar hyper noir.

En conclusion, je dirais que L’ange du mal est un polar extrêmement dur qui n’épargne rien – absolument rien – au lecteur et qu’il vaut mieux lire l’estomac léger. Premier roman, il n’est pas exempt de coquilles et structures perfectibles, mais ces défauts de jeunesse sont parfaitement contrebalancés par son intrigue.

Ma cote : 8,5/10 (sans les 'défauts de jeunesse, j'aurai donné 9 à 9,5)

Le site Web de l'auteur : http://gillescaillot.blogspot.com
Les éditions du polar : http://www.editions-du-polar.com (les frais d'envoi sont compris dans le prix du livre)
Les premières pages du livre

La couverture de Réminiscence est déjà tout un programme :

reminiscence

15:22 Écrit par Marco dans Excellent | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.