28/12/2009

Le miroir de Satan


MiroirdeSatan

Synopsis de l'éditeur
:

Martin Williams, un scénariste, fait l'acquisition d'un miroir ayant appartenu à Boofuls, enfant-star d'Hollywood, assassiné en 1939 dans des circonstances aussi tragiques que mystérieuses. Les miroirs, c'est bien connu, peuvent être des portes sur d'autres mondes. Celui-là est une porte sur l'enfer, sur un " Hollywood à l'envers " où sous ses dehors de petit garçon angélique, Boofuls va se révéler la plus diabolique des créatures.

Mon avis
:

J'ai adoré !!! Pour tout vous dire, il m'est arrivé, lorsque je terminais un chapitre avant d'aller me coucher, d'hésiter avant de me regarder dans le miroir. N'est-ce avec ce genre d'effet qu'on peut dire que l'auteur a atteint son objectif ?

Je me serais vraiment cru dans un film d'horreur. Au début, tout est calme, normal, mais petit à petit, par doses bien mesurées, on commence à verser dans le surnaturel et le livre commence son travail d'hypnose. On ne veut plus le lâcher. D'autant plus qu'il est saupoudré d'humour cà et là.

L'auteur nous ménage des effets de surprise, n'épargne personne et pense vraiment à certains détails qui font la différence entre une lecture plaisante et un page-turner. Une des choses flippantes, c'est que le petit Boofuls, l'ange blond, est effectivement démoniaque et Graham Masterton parvient à décrire des scènes dignes de l'exorciste avec juste ce qu'il faut de détails pour que notre propre imagination fasse le reste. L'univers de l'autre côté du miroir reflète elle aussi, si j'ose dire, une grande inventivité.

Je suis resté scotché tout au long du roman. La fin passe du quasi-huis clos  à la quasi-apocalypse et cela semble tout à fait normal tant on est plongé dans l'ambiance. Bref : un grand plaisir, un petit chef-d'oeuvre.

En conclusion, je dirais que Le miroir de Satan est un livre prenant qui nous plonge peu à peu avec brio dans l'horreur qui peut être tapie derrière un miroir.

Ma cote
: 10/10

15:55 Écrit par Marco dans Absolument génial | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.